Dans Ressources Naturelles

SADC : la RDC, Angola, Zambie et Zimbabwe unis pour sauver ses ressources naturelles

Les pays d’Afrique veulent à tout pris s’unir pour créer une bonne politique de ses ressources naturelles, raison pour laquelle, une étude sur « l’évaluation des facteurs de la fluctuation des prix des produits de base et de leurs impacts sur les recettes publiques des pays de la région de la SADC (Angola, RDC, Zambie et Zimbabwe) », fruit du travail de l’organisation African Forum And Network On Debt Development (AFRODAD). Le Forum a une vision focalisée sur le développement global des Etats et ils mettront en commun les résultats de ses différentes études, a expliqué Emmanuela Mataee de l’AFRODAD. Les résultats de cette étude étaient présentés, hier, mardi 29 août 2017, au cercle Boboto.

L’étude a été menée par Raymond Kabongo, consultant indépendant. Cette rencontre a été facilitée par Sarw. Il a, au cours, de son exposé souligné que l’étude porte sur les indicateurs clés de ses 4 pays, à savoir : en RDC et au Zambie a comme indicateur le « Cuivre » ; en Zambie : le platinium et  l’Angola : le pétrole.

L’étude a comme objectif de renforcer la base factuelle et d’approfondir la compréhension des facteurs et impacts de la volatilité  des prix des produits de base sur les revenus de certains pays de la région de la SADC.

En effet, cette étude devrait passer en revue l’économie du cuivre en RDC, ressortir son importance dans le budget de l’Etat congolais et évaluer l’impact des fluctuations de ses cours sur le programme de développement du Congo.

Résultats de l’Etude  

Le constat fait pour le Congo, c’est que le manque des industries de transformation des minerais, la mauvaise gestion des ressources où le seul pays, qui exploite sur son sol ;  est lui-même exportateur du cuivre congolais et aussi le plus grand consommateur de ce minerai sur le chéquier mondial.

Il faudrait noter que, au cours de l’année 2016, la RDC a produit 1,02 millions de tonnes de cuivre, une production qui dépasse les prévisions estimées à 2,6% en 2015. Cela se justifie en partie par l’entrée en production de la société sino-congolaise qui venait de réaliser sa première année de production de l’ordre de 100.000 tonnes métriques.

Du fait du recul des cours du cuivre sur le marché international, qui sont passés de 6.859,9 USD en 2014 à 5.509,0 USD la tonne métrique  en 2015, en dépit d’une légère hausse du volume de la production passant  de 1.030,1 milliers de tonnes à 1.039,0 milliers en 2015, il a été relevée une baisse  de 23,4 %, en valeur, des exportations.

Depuis 2015, l‘économie de la RDC, cinquième productrice mondiale de cuivre, subit les contrecoups de cette crise.

En avril 2016, la tonne de cuivre tombait à 4 873 USD la tonne métrique accusant ainsi une baisse d’environ 20 % sur un an.

Cette baisse a impacté fortement sur la croissance économique en RDC qui est essentiellement tirée des mines, dont la contribution à la croissance a chuté à moins de 32% en 2015 contre 49,5% en 2014; les recettes d’exportation attendues, lesquelles sont passées de 10.904,42 millions de dollars américains à 9.490,88 millions de dollars américains en 2015 (diminution de 12,9%); la collecte de la redevance minière, laquelle s’est située à 124,905 millions de dollars américains en 2015 contre 149,398 millions de dollars américains en 2014 (baisse de  16,4%); et le chiffre d’affaires déclaré par les principales entreprises minières évoluant dans le secteur de métaux de base a chuté en moyenne de 21%.

Tableau synthèse

Dorcas NSOMUE

Interagir

Nous écrire

*


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>