$26,000

Objectif
PHASES
76.92%

$20,000

Fonds reçus
Dans

Les ¾ de la RDC couvert des pétroles

Les femmes des médias poursuivent, à Lubumbashi, leur formation sur la gouvernance des ressources naturelles de la République Démocratique du Congo. La deuxième journée de ses assises était focalisée sur « les ressources hydrocarbures : le Pétrole».  Ce module de formation était pris en charge par Mr Joseph Pilipili, expert en Pétrole au ministère des hydrocarbures.

Selon les organisateurs Osisa, l’objectif est de permettre au 4ème pouvoir de pousser les autres pouvoirs à prendre des décisions importantes et capitales pour booster le secteur pétrolier congolais vers l’excellence. Le but poursuivit est d’aligner  la RDC parmi les grands producteurs de pétrole. Etant donné que,  l’ensemble du territoire national est essentiellement porteur du pétrole.

Dans son intervention, l’expert des hydrocarbures a fait savoir à l’assistance que le ¾ du territoire national est porteur des ressources hydrocarbures, principalement le pétrole. On trouve les pétroles même dans la capitale Kinshasa (vers le plateau de Bateke).

Au niveau des provinces, le pétrole est dans les anciennes provinces du Bas Congo, Maniema, Kivu, les deux Kasaï, etc. A celles-ci, on ajoute, les différents lacs, la cuvette centrale et le bassin côtier.

Poursuivant son intervention, l’expert à relever que la République Démocratique du Congo rien qu’avec le pétrole peut tripler et même quatripler son budget national d’une part.

Quant à la production, la RDC à lui seule, est capable de produire le pétrole qui pourrait répondre aux besoins de tout le continent africain et même d’autres continents.

Production locale

Actuellement la RDC produit 25 mille de barils par jour avec 100 puits à Moanda. Cependant, les études démontrent que le Congo est capable de produire 250 mille barils par jour dans les jours avenirs.

Au bloc de Mai-ndome (dans l’ex-province de Bandundu), où,  l’on a découvert un bloc qui a une potentielle de plus d’ 1 milliard des barils

Dans l’ex province de Maniema, il existe un gisement pétrolier qui a une capacité de production de 3 milliards de barils. Cependant, ce pétrole est accessible rien qu’en creusant un puits de 2 000 mètres seulement. Puisqu’un puits d’extraction du pétrole a une distance de plus ou moins 5 mille mettre.

Bref, la RDC a une potentialité de 1 millions 2OO mille kilomètre carré des bassins sédimentaires. Malheureusement, pour le moment, l’exploitation n’est faite que sur une superficie de 400 kilomètres carré seulement, soit  0, 1% de l’ensemble des ressources naturelles.

Notons aussi que le pétrole, à lui seul, détient 2 800 dérivés. Ces 2 800 dérivés sont, notamment, les bitumes, mastics,  etc.…. Avec ses différents dérivés, la RDC est capable d’avoir une production à l’interne des différentes choses, tels que, les habits, les plastiques, etc….

Elle n’aura des routes bien faites (avec les matériels produits à l’interne). Et, la meilleure gestion de ses dérivés pétroliers apporteront le développement dans l’ensemble de la république.

Manque d’exploitation du pétrole au Congo, un danger permanant pour le pays

D’après les études menées par les experts, il a été conclut que les ressources pétrolières congolaises doivent à tout pris être exploiter comme il se doit.

Entant donné que les études affirme que d’ici 2020, si on n’exploite pas le gaz méthane, qui se trouve dans ce lac Kivu, on court le risque d’une explosion  due à la chaleur produite par le volcan de Nyiragongo avec l’évaporation du gaz méthane.

Ainsi, cette explosion peut causer les décès de plus d’un million de personnes, vivant dans les territoires et villes environnantes, tels que Goma, Gisenyi, Rutshuru, etc.

Dans ce même chapitre, on ajoute les dégâts  nocifs que produits déjà la réserve pétrolière de la province de Maniema, où, l’on trouve le pétrole à une distance très porche de la terre.

Cette réserve est déjà à la base d’une forte chaleur dans cette partie de la république d’une part. Et, il est par conséquent à la base des incendies des cases (qui sont les habitations) et comme maladies : le Cancer causé par le plomb, etc.

Exploitation pétrolière est saine et sans conséquence

L’exploitation pétrolière en RDC ne peut en aucune fois  détruira la nature et ne causera la destruction des espèces animal rares sur le plan mondial, à l’instar du singe appelé lesula monkey  autrement appelé le singe blanc (makake blanc) ; le Tigre ; les crocodiles ; Gustave un crocodile (qui a 60 ans  avec 6 mètre de longueurs vivant dans le lac Tanganika).

Certes, le ministère des hydrocarbures doit mettre sur pied un programme détailler de l’exploration, l’exploitation et le raffinage enfin le transport du pétrole sur l’ensemble du pays.

Pour finir, l’orateur du jour a terminé son intervention en soulignant que la nouvelle loi sur les hydrocarbures peut changer les choses en cette matière.

Mais pour palper du doigt cette réalité, il faut qu’il ait une loi sur le contenu qui permettra aux congolais d’entrer dans les blocs du pétrolier (le monde pétrolier).

Dorcas NSOMUE